Faites-le savoir 
GRATUIT

Confiez-nous votre CV ou votre Lettre de motivation pour obtenir le premier avis de l'un de nos experts.




Ce sont nos anciens clients qui parlent le mieux des résultats qu'ils ont obtenus grâce au travail réalisé ensemble.

Un journaliste professionnel a pu les interroger pour, à la fois, avoir leurs impressions et savoir où ils en sont aujourd'hui.

Nous avons sélectionné 4 de ces interviews. Ces entretiens sont le gage de la qualité et des résultats assurés par nos méthodes ...

Survenant à un moment-clé de la recherche d'emploi de Thierry, 51 ans, la rencontre avec « Job-Agir » permet à cet ancien Directeur Administratif et Financier (DAF), de bénéficier d'un coup de collier final, lui ouvrant in fine les portes d'une belle PME Lilloise.
L'histoire est classique. Cadre dans la filiale française d'une société irlandaise, Thierry est licencié le 5 septembre 2009 à l'occasion d'une restructuration. Il vient de passer la cinquantaine et craint d'avoir du mal à retrouver un nouveau job du fait de la faible appétence des entreprises qui se vérifie souvent, on le sait, à recruter des seniors.
Mais auparavant, après négociation avec sa direction, il bénéficie de mesures d'out-placement. Il choisit pour l'accompagner un petit cabinet spécialisé, basé à Lille. « Le chemin que j'ai effectué avec eux m'a été utile et ça s'est plutôt bien passé », reconnaît-il. Et d'ajouter : « le travail réalisé m'a permis de me retourner vers ma carrière passée, ce que l'on fait rarement et donc de dresser un bilan de compétences, tout en construisant un projet. ». Classique, là encore.
Il attaque résolument la recherche d'embauche en janvier 2010 , reconnaissant « avoir débuté les premiers entretiens sans avoir été réellement préparé. »
La recherche d'emploi n'est pas toujours un jardin de roses. Il ressent une grosse déception au moment où il pense tenir le bon bout avec une PME qu'il estime avoir accroché : au bout de sept entretiens, il est persuadé d'avoir passé tous les obstacles pour être embauché. Patatras : au dernier entretien, il apprend qu'il ne sera pas choisi. « Je me suis ramassé, j'avais le moral dans les chaussettes !», se souvient-il.
Prenant son courage à deux mains, il repart vers d'autres entretiens. Et c'est à ce moment là que sur un réseau social très fréquenté par les cadres, Thierry est contacté par Eric Eniona de Job-Agir. « Il a su trouver les bons mots. Il avait une façon de se mettre à ma place qui m'a mises en confiance. Il m'a expliqué que ce qu'il pouvait m'apporter m'aiderait à franchir les cinq derniers mètres. J'ai eu envie de tester la méthode, d'autant que je bénéficiais encore de mon ex-entreprise d'un reliquat de budget formation... »
Thierry démarre donc les modules de préparation à l'entretien de trois heures. Une formation accélérée car un deuxième entretien dans la même entreprise qui l'avait contacté, fabricant des étiquettes pour l'industrie agro-alimentaire (40 millions de chiffre d'affaires, 200 salariés) se profile rapidement.
« Cette formation m'a vraiment apporté un plus: nous étions en position réelle. J'étais le recruté, il était le recruteur. Sans concession, il a mis en évidence les situations dans lesquelles j'étais en difficulté. Il m'a appris à rebondir, en m'amenant à refaire les entretiens non satisfaisants, sitôt après, pour que je puisse aussitôt me corriger pour formuler des réponses plus pertinentes et sérieuses, me permettant de devenir vraiment crédible. Nous étions réellement dans l'action ! »
Le deuxième entretien avec la PME survient. Il se passe bien : « les modules de préparation m'ont vraiment aidé. La comparaison avec les entretiens précédents était évidente... »
Quelques jours plus tard la direction lui confirme qu'effectivement, les entretiens se sont avérés positifs : il est embauché, cumulant les fonctions de DAF/DRH et DSI.
A l'heure de ce témoignage, Thierry est encore dans la phase des trois mois d'essai.
Pour accompagner son intégration, une phase cruciale, il demande à Job-Agir de bénéficier d'une nouvelle formation toute récente en 4/5 sessions d'une heure, justement mise au point pour accompagner le cadre qui vient de décrocher un emploi. Il est le premier à bénéficier de cette formation. Et, pour l'heure, pour lui, tout se passe bien ...
« Moi qui travaillais dans le BTP, je me me suis retrouvé chômeur en mars 2009, au moment où le secteur piquait sérieusement du nez», se souvient-il. Et d'ajouter : « J'ai eu beau activer mon réseau, je ne trouvais aucun poste. Désespérant. Six mois après, j'étais toujours au même point ... »
Long, très long. Responsable au sein d'une entreprise du BTP de la mise en services de centrales d'enrobage, Olivier, 43 ans, est resté au chômage douze mois à la suite d'une sévère restructuration dans l'entreprise où il travaillait depuis cinq ans. Il est vrai que la crise, tombée au plus mauvais moment, n'a pas arrangé les choses.
Nous sommes en octobre 2009. Il rencontre Eric Eniona de Job Agir. « J'étais en train de perdre confiance. Il m'a reboosté, relooké mon CV. Après une session d'une journée j'avais déjà une approche différente. Après, lors des entretiens d'embauche, je devenais vendeur de mes compétences, vendeur de moi-même et non plus passif. Ce fut pour moi un déclic important qui m'a permis de réactiver mon réseau. »
Pourquoi ce déclic ? Olivier se remémore : « Job Agir m'a permis d'identifier les personnes au sein des entreprises qui pouvaient avoir besoin d'un profil tel que le mien. Je n'avais plus l'impression d'être en entretien d'embauche, mais d'être comme un cadre prêt à aider l'entreprise à redimensionner le poste. »
Ce retour à la confiance permet à Olivier de mieux cibler les entreprises : « J'ai appris à ne pas chercher tous azimuts dans le vide en quelques sorte, mais à bien mieux orienter mes recherches. Je pouvais à nouveau prendre contact avec les professionnels que je connaissais dans le milieu du BTP. Des dirigeants que, sans cette formation, je n'aurais pas appelés. »
Et de préciser : « Job Agir m'a surtout appris à aborder mes relations dans ce milieu avec des propositions du style : j'ai actuellement du temps libre, si tu veux que je t'aide sur tel ou tel dossier, n'hésites pas à me contacter ... Je t'envoie mon CV. .. »
Le mécanisme se remet en marche : « J'ai repris contact avec une quinzaine d'entreprises : le milieu de la construction de routes est relativement restreint. Je me suis focalisé sur ces quinze responsables. C'est l'un d'entre eux qui m'a mis en relation avec celui qui est devenu mon nouvel employeur. »
Cette issue positive ne tient pourtant pas du miracle. Sentant qu'il tenait le bon bout, Olivier s'investit totalement : «J'ai passé des heures, des nuits, à me documenter sur ces quinze entreprises, à les étudier, à les connaître à fond. »
Le 1er avril 2010 résonne pour lui comme une victoire : il est embauché par une filiale du groupe Eiffage, sur un poste proche de celui qui était auparavant le sien. Il est en charge de l'exploitation des centrales d'enrobage qu'il mettait auparavant en service. Presque douze mois, jour pour jour après avoir été licencié économique, alors que la crise explosait.
Il se retrouve chômeur au moment même où l'immobilier est en phase de détérioration rapide. Et a bien conscience que retrouver un poste ne sera pas chose facile.
« J'ai servi de fusible ». Installé dans les Pays de Loire, Philippe ne s'étend pas sur le licenciement dont il est l'objet à l'été 2008 alors qu'il travaille chez un bailleur social. Il quitte l'entreprise dans le cadre d'une transaction initiée de façon unilatérale par son employeur. Sans aucune raison argumentée.
Il sent bien qu'il va devoir être accompagné et se met d'abord à la recherche d'un coach. Sans grand succès. Puis d'un autre. Même absence de résultats. Et puis d'un autre encore : « Je suis alors passé par un chasseur de tête : ce fut un coaching qui m'a coûté très cher pour une efficacité toute relative... » Il passe d'expériences décevantes en expériences malheureuses jusqu'au jour oû, sur un réseau social, il est contacté par Job Agir.
Il accepte rapidement la proposition et la formation commence : « Je passais beaucoup d'entretiens. Eric Eniona me fait remarquer que ma présentation était très stéréotypée. Il me développe les techniques permettant de mieux assurer. A partir de là mes entretiens se sont révélés plus efficaces. Je n'hésitais plus à prendre la main. Je dois reconnaître que Job Agir est arrivé au bon moment, d'autant qu'un phénomène de lassitude commençait véritablement à me gagner. »
Et de préciser : « La formation Job Agir a constitué un « plus » indéniable. Ce fut une bonne pioche ! Même si celle-ci se passe à distance par petits groupes par le biais d'Internet avec une Webcam, l'approche reste très personnelle. A Job Agir, le coach n'hésite pas à remettre en cause la façon dont on agit. Il sait trouver les mots justes pour faire réagir dans le bon sens. Grâce à cet entraînement, j'ai pu acquérir des clés qui m'ont permis de progresser et qui m'ont vraiment été très utiles...»
Autre atout positif selon Philippe : « Par rapport à ce que j'ai pu connaître, le coût de Job Agir reste très abordable. » Ce qui l'a le plus frappé : « Une relation personnelle forte entre en jeu. Ce n'est pas stéréotypé. Ainsi, comme j'avais beaucoup d'entretiens et que je n'étais pas facilement libre, Eric Eniona a bien voulu me faire bénéficier de quelques sessions en individuel ».
Philippe a fini par retrouver du travail, acceptant une baisse significative de son salaire car il savait que le poste qu'on lui proposait devait évoluer assez rapidement.
Il raconte : « Après vingt-deux mois de chômage, j'ai retrouvé cet emploi à une vitesse phénoménale. J'ai simplement répondu à une annonce. J'ai eu un premier contact avec un responsable parisien. Qui m'apprend que le Directeur général se déplaçait dans l'ouest. Je prends rendez-vous avec lui dans une brasserie d'Angers. C'était un vendredi. Le lundi j'avais signé le contrat d'embauche ! »
Il est entré dans une importante société HLM basée dans l'est de la France qui a décidé de se développer dans le Grand Ouest. Pour elle, Philippe est chargé de jouer les défricheurs, avec des perspectives de développement importantes : il va être rejoint par des commerciaux qu'il sera chargé, à son tour, de coacher ...
Par une amie à la recherche d'emploi qui a retrouvé un travail à la suite d'une formation Job-Agir, cette jeune-femme de 39 ans apprend l'existence de la société et prend illico contact avec Eric Eniona, son créateur. « Il m'a très bien expliqué ce qu'était cette formation, ce qui a tout de suite suscité mon intérêt. »
Dotée d'une maîtrise en Infocom, Stéphanie travaillait au service marketing d'une société de transport où à vrai dire elle s'ennuyait plutôt. « J'avais le nez dans le guidon, pas de perspectives dans cette société. Je perdais confiance dans mon avenir. »
Etant alors en congé maternité, elle avait un peu de temps libre. Il ne s'agissait pas pour elle de retrouver un emploi, suite à une période de chômage, mais d'effectuer un bilan de compétences, via des modules spécifiques.
« Cette formation m'a recentrée. Routine professionnelle aidant, le monde de travail me paraissait presque hostile, extérieur. Cette formation m'a d'abord permis de me repositionner par rapport au marché du travail. » Et d'ajouter : « mais surtout me repositionner face à moi-même ! »
Elle précise : « Lors des Web-conférences, nous étions trois personnes, toutes d'horizons différents, ce qui était enrichissant par les échanges que la diversité d'âges et de professions suscitait. La méthode m'a convenu. Eric Eniona est quelqu'un qui arrive à vous faire sortir l'essence de vos compétences, de vos idées cachées. »
La relation humaine développée lors de la formation a aussi joué un rôle non négligeable : « Eric Eniona est très disponible. Il est toujours à l'écoute et prend du temps pour chacun. »
Elle assure : « Excusez l'expression, c'est comme s'il m'avait donné un coup de pied aux fesses, et évidemment il avait raison ! Il a procédé à un véritable accouchement. La formation m'a particulièrement réussi car j'avais besoin d'être rassurée sur mes compétences, sur ce que je savais faire. J'ai retrouvé une vraie confiance. »
Au bilan : « Cette formation m'a permis de faire un tour à 360 degrés sur moi-même, m'a réappris ce que je savais faire, mais aussi et surtout, elle m'a permis d'exprimer ce que j'avais envie de faire. Elle m'a ouvert à des directions auxquelles je n'avais jamais pensé ! »
A telle enseigne que cette formation a en définitive amené Stéphanie... à créer sa propre entreprise : « Je travaille sur un concept original axé sur l'événementiel ciblé enfant. Une belle idée que je suis en train de concrétiser... »
Découvrez maintenant ce que nos anciens clients disent de nous, en cliquant le témoignage qui vous intéresse. N'hésitez pas non plus à nous soumettre vos CV et/ou Lettre de motivation pour un premier avis !
 
Nous contacter
Job-Agir®
est un service A-QUIA®

59, Ch. du Moulin CARRON
69570 DARDILLY


Tél. : (+33) 06 69 29 3000
Fax : (+33) 09 72 19 35 48
(Prix d'un appel local)

RCS Lyon B 493 916 530
Organisme de Formation
enregistré auprès du Préfet de la Région Rhône-Alpes.
Newsletter